Hommage à Raymond DesRochers

Raymond DesRochers a été un collègue, parfois dans l’univers de l’éducation des adultes, parfois dans le monde de la coopération internationale, parfois dans la défense des droits des minorités francophones, mais toujours dans des luttes pour la défense des droits des minorités et pour la justice sociale. En 2009 et 2010 il était candidat pour la Bourse Alan Thomas. Compagnon de Sandra Sorensen, ancien membre du Conseil d’administration de la Fondation Carold, il était aussi un ami fidèle et un collaborateur.

Son décès soudain nous a touchés de près. Il était un leader incontesté de sa communauté, un homme de cœur porteur d’un engagement indéfectible envers sa communauté, sa langue et sa culture, celle des minorités francophones. Au-delà de la défense des droits, ce qu’il a fait avec beaucoup d’ardeur, il a voulu renforcer de façon tangible et concrète sa communauté en bâtissant des ressources durables. Au cours des dernières années, son engagement au sein du Centre francophone d’avancement et de leadership en développement économique communautaire de la Huronie (CALDECH) en aura été un vibrant témoignage. Sa bataille juridique jusqu’en Cour Suprême pour faire respecter les droits des minorités linguistiques francophones a démontré sa détermination et sa persévérance. Comme l’a souligné le Commissaire aux langues officielles, Graham Fraser :

« Le nom de Raymond DesRochers restera gravé dans l’histoire des droits linguistiques. Convaincu de la justesse de sa cause, il a défendu sa communauté avec ténacité et avec une grande intelligence. En fin de compte, c’est l’ensemble des communautés de langue officielle en situation minoritaire qui bénéficie de son engagement. Dans la cause DesRochers c. Canada (Industrie), menée de 2004 à 2009, la Cour suprême a établi que les institutions fédérales doivent offrir des services qui répondent aux besoins particuliers des communautés de langue officielle, plutôt que fournir des services identiques aux deux communautés linguistiques.»

Son départ laissera un vide parmi les Franco Ontariens et aussi chez celles et ceux qui l’ont côtoyé au Canada ou à l’étranger. Comme l’a souligné notre présidente, Arpi Hamalian, «Il nous lègue le devoir de renouveler notre engagement inspiré par son sourire et sa capacité de garder espoir ».

C’est pourquoi les membres du conseil d’administration de la Fondation Carold sont fiers d’annoncer leur décision de contribuer pour un montant de 1 000 $ par année, pendant une période de 5 ans, à soutenir la mise en place prochaine par la Corporation La Sève de Penetanguishene d’une bourse d’études en l’honneur de Raymond DesRochers. Ce geste significatif est notre façon d’honorer sa mémoire et de faire en sorte que sa vie demeure un modèle d’engagement pour les jeunes de sa communauté.